Apprendre pour vivre ou vivre pour apprendre


Posté le septembre 22nd, par Youssef Shoufan dans Équipe E-180. Aucun commentaire

L’éducation a toujours été primordiale pour ma famille d’origine syrienne, et aucune question n’allait se poser quant au déroulement du processus. L’école primaire, la secondaire, le CEGEP et enfin l’université au Québec: pas de déviation possible dans cet ordre des choses. Mais à la fin de l’hiver 2006, à quelques jours de devoir envoyer mes choix de programmes pour l’université, je ne savais toujours pas quoi faire.

Dilemme: choisir entre des professions classiques qui assureraient un emploi stable et des professions moins typiques, mais que j’apprécierais sûrement davantage.

La première option aurait davantage plu à ma famille. Médecin, avocat, ingénieur: je perçois a posteriori la tranquillité d’esprit que ça aurait offert à mes parents, eux qui avaient immigré à Montréal principalement pour assurer une des meilleures éducations possibles à leurs enfants.

Ma curiosité et mon appétit pour les questions m’ont finalement guidé vers le journalisme. Et voilà qu’après cinq ans de travail en communications dans les milieux communautaires, sociaux et éducatifs (journalisme, médiation, consultation, cours d’échecs et d’informatique, web, design, photo et vidéo), une opportunité d’emploi chez E-180 était tout simplement une suite logique à ce parcours.

Mon rôle au sein de cette entreprise sociale sera d’être un « brain match-maker », un cupidon des connaissances. Un tricoteur social qui rendra cette communauté encore plus vibrante et vivante. Et surtout, le pôle de connexion entre la communauté E-180 et notre équipe. Vous avez une idée à proposer, une question à poser, un commentaire à soumettre ou une suggestion à faire? Vous savez à qui vous adresser!

Je suis fébrile à l’idée de promouvoir les échanges de savoir et de continuer à transformer les espaces publics en lieux de rencontres et d’apprentissage, tout en continuant moi-même d’apprendre.

Nous apprenons souvent en perspective d’obtenir un emploi, et je suis heureux d’ici inverser la formule.

2013-12-15-Youssef_Shoufan-Antoine_Entabi
photo: Antoine Entabi

Pour nous suivre:





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *