L’éducation selon E-180 : ruptures et continuité


Posté le septembre 14th, par Paul M. dans Hacker l'éducation. 5 comments

Si la plateforme E-180 fait tant d’émules, ce n’est pas tant parce qu’elle vient de découvrir un nouvel atome de l’apprentissage que parce qu’elle a construit une nouvelle molécule : comprenez y que la plateforme est un savant mélange de principes, de personnes et de nouveaux outils technologiques.

Celui qui a expérimenté ce nouveau modèle éducatif l’admet aisément : « On adore ! ». Seulement, il y a tellement de choses à adorer dans ce monde de créativité que le clamer haut et fort à tout son entourage ne suffit pas nécessairement à répandre le virus. En vient alors l’épreuve plus complexe d’argumentation et de démonstration, où la difficulté devient alors de trouver les bons mots face aux bonnes personnes. Et devant la nouveauté des concepts, quoi de mieux que de sortir nos bons vieux livres…

Styles pédagogiques et modèles d’enseignement

 

C’est en parcourant les ouvrages de pédagogie, et plus particulièrement l’ouvrage collectif « Eduquer et former », que l’on voit les choses plus clairement. En effet ceux-ci définissent souvent trois styles pédagogiques : les modèles du clerc, de l’enseignant bibliothécaire et du maître-compagnon.

Le premier, largement répandu dans nos salles de classe et représentant de l’enseignement traditionnel, consiste à donner le monopole de la vérité à l’enseignant instruit. Comme pour le clerc qui tient son savoir et son pouvoir « d’en haut », la parole de l’enseignant est sacrée et tous doit suivre son exemple. Ainsi fonctionnent les cours magistraux !

Cependant ce modèle a tendance à couper le lien entre la connaissance abstraite et l’expérience concrète, introduisant le second modèle. L’enseignant bibliothécaire, c’est celui qui guide son étudiant sans jamais lui donner la réponse exacte mais en lui montrant dans quelle direction chercher. Mais là encore, le pédagogue bute sur le formalisme de la documentation et le savoir perd une certaine dimension humaine.

C’est pour éviter de telles dérives qu’a été pensée une troisième voie : le compagnonnage. Centré sur l’accompagnement et le dialogue. Ici la relation entre maître et apprenti devient directe et s’enrichit d’une nouvelle proximité. Ici nous explique Philippe Meirieu, le maître « n’explique pas abstraitement ce qu’il faut faire pour envoyer ensuite l’apprenti le faire tout seul chez lui ; il fait devant, fait avec, guide le geste, commente le résultat, fait refaire quand c’est nécessaire jusqu’à ce que l’apprenti se hisse au niveau de maître et parvienne à réaliser son chef-d’oeuvre ».

Le « compagnonnage numérique »

 

Et vous, comment souhaitez-vous passer le relai?

Si l’enseignement que nous connaissons dans nos salles de classe est plus souvent un compromis entre ces différents modèles, il n’en reste pas moins marqué par les deux premiers alors que le compagnonnage reste un enseignement de « luxe », car individualisé et chronophage.

Mais c’est probablement là tout le mérite d’E-180, qui démocratise la pratique du compagnonnage et en réduisant les contraintes liées à cet exercice. Je peux choisir les enseignements dont j’ai besoin tout en profitant de l’accompagnement d’un guide.  Je suis actif dans cet apprentissage et capable de dialoguer avec mon enseignant qui apprend à délivrer son savoir. Et sans pour autant oublier les apprentissages nécessaires à tous pour vivre correctement en société, la relation entre pairs implique une bonne intégration des règles de vie quotidienne. Ainsi naît le « compagnonnage numérique ».

Nous arrivons à une période charnière de la vie d’E-180, et au moment de sauter dans le grand tourbillon de la vie, il est important de nous doter des armes nécessaires : enthousiasme, simplicité et cohérence. Parce que ce nouveau modèle créatif a vocation à ne pas rester dans la sphère du café du commerce mais bien à donner du grain à moudre à tous les pédagogues en herbe.

Envie de rencontrer des gens pour apprendre de nouveaux trucs? À l’automne prochain, la plateforme E-180 sera publique! Venez vous inscrire et invitez vos amis à partager des connaissances!





5 réponses à “L’éducation selon E-180 : ruptures et continuité”

  1. Myriam St-Denis Lisée dit :

    Super comme article!

    Ça m’a fait pensé à ce qui révolutionne la pédagogie dans les écoles également, et j’ai lu aujourd’hui sur la pédagogie inversée : http://techno.lapresse.ca/nouvelles/materiel-informatique/201209/15/01-4574417-le-monde-a-lenvers.php

    Un autre concept à rajouter dans notre boîte à outil 🙂

  2. Ha-Loan dit :

    Je suis contente de voir que je n’étais pas toute seule dans mon coin à travailler là-dessus 🙂 Peace et vive E-180!!

    http://www.acfas.ca/publications/decouvrir/2012/04/est-sorcier-etre-apprenti

    • Paul M. dit :

      Bonjour Ha-Loan,

      ton article est fort intéressant et il y a bien des choses communes aux projets d’E-180 et de ton café arts-techno. Un café pour en discuter 🙂 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *