Un deuxième extrait : Zones rouges


Posté le août 31st, par Myriam dans Fou défi pour les appreneurs crinqués, Myriam. Aucun commentaire

Le Fou défi pour appreneurs crinqués en résumé? Une discipline et un besoin de défi teintés de partage par les pairs afin de réaliser un rêve persistant. C’est ce que nos deux appreneures crinquées réalisent actuellement. À suivre juste ici.

Bonjour chers lecteurs!

Tel que promis, je vous livre un deuxième extrait de mon récit, qui se construit petit à petit.

Ce que vous lirez ci-dessous se retrouvera dans un chapitre qui s’intitule pour l’instant Zones Rouges et qui décrit différent lieux qui étaient pour moi « à risque » dans mes écoles.

Les vestiaires du gym 

Les vestiaires du gym ont représenté pour moi une zone de guerre pendant plusieurs années. Au primaire, en 5ième année, les filles rigolaient pendant que je me changeais, me pointaient du doigt, disaient : regardez, Myriam est toute nue! Puis, elles sortaient du vestiaire et tentaient d’y faire rentrer les garçons. Ils arrivaient souvent à faire une bonne partie du chemin avant que l’enseignante ne réagisse. Pour me protéger des regards, je me plaçais face au mur et tentais de faire le plus vite possible. Je n’ai jamais compris ce que je faisais de « pas correct » pour que cela devienne un spectacle, Myriam qui se change en même temps que tout le monde.

Au secondaire, je me changeais en cabine, bien que la plupart des filles le faisaient dans l’aire ouverte. Je n’étais pas tranquille pour autant. Des filles essayaient de défoncer ma porte en donnant des coups de pieds sur celle-ci, si bien que je devais m’accoter de tout mon poids sur la porte pour ne pas qu’elle s’ouvre violemment. Je me rappelle que, dans ma précipitation, j’ai déjà mis mon pantalon à l’envers.

L’autobus scolaire (primaire)

Trouver une place dans l’autobus est un véritable défi lorsque chacun cherche à vous éviter et que vous embarquez dans l’autobus vers la fin du trajet. Je me souviens que plusieurs personnes me refusaient dans leur banc, leur sac à dos faisant office de partenaire légitime à leurs côtés. Je finissais souvent par me glisser au bout d’un banc déjà occupé par 2 personnes, qui tentaient  tout au long du trajet de me pousser en bas. Je maintenais ma position assise à la force de mes mollets, et avait évidemment très hâte d’être rendue à destination.

La cour d’école (primaire)

Je ne dois pas être la seule à trouver qu’entasser des centaines d’enfants dans une cour en asphalte clôturée, avec quelques mètres carrés de verdure et une dizaine de balançoires, représente un cauchemar social pour certains. La récréation était l’occasion pour moi de battre mon record de tours de colonne (avec une moyenne de 2 secondes par tour), d’user les manches de mon manteau en longeant les murs de l’école aller-retour aller-retour comme un animal en cage, de faire de la poudre de pierres en frottant celles-ci sur un mur, et surtout d’essayer d’éviter les situations à risque. Lorsque nous reprenions le rang, chacun jouait à « donner Myriam au suivant » jusqu’à ce que l’enseignante donne le signal d’entrée. Mon calvaire était enfin terminé, les cours allaient reprendre.

(image trouvée ici)

Myriam St-Denis Lisée

Envie de rencontrer des gens pour apprendre de nouveaux trucs? À l’automne, la plateforme E-180 sera publique! Venez vous inscrire et invitez vos amis à partager des connaissances!





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *