Portrait : le conteur du dépanneur


Posté le novembre 9th, par Maïté dans Portraits. Aucun commentaire

Depuis la soirée de lancement mémorable, une vague d’invitations pour E-180 déferle sur la francophonie. En moins de deux semaines, près de 250 offres et demandes habitent déjà la plateforme. E-180, c’est avant tout des humains passionnés et heureux de pouvoir partager leurs connaissances avec leurs pairs. Des hommes et des femmes animés par la conviction que l’éducation est avant tout une relation.

Dès aujourd’hui, E-180 lance une série portraits mettant à l’honneur tout ce que les utilisateurs ont de beau à offrir et … à raconter. Régalez-vous !

Le premier de notre série est Marc-André Caron, le conteur du dépanneur :

« Nomade d’Abitibi sédentarisé en Montérégie, j’écris les Contes du Dépanneur. Enseignant le jour, je me change en conteur au son de la cloche ».

E-180 - Marc-André Caron

« En cinq mots », comment décrirais-tu ce que tu as fait dans la vie jusqu’à présent ?  

  • Animateur scout (ou comment raconter une bonne histoire un samedi matin dans un gymnase d’école)
  • Infographiste (c’était à la mode dans le temps… et ça m’a permis d’être prof d’informatique plus tard)
  • Journalier (je prenais les boyaux de pompier blanc et je les teignais en jaune!)
  • Conteur de dépanneur (pas comptable, conteur!)
  • Enseignant (ai étudié en histoire/ai enseigné les TIC et l’éthique)

Les Contes du Dépanneur, c’est intriguant ! Pourquoi … « du Dépanneur » ? 

Mon beau-père avait un dépanneur de quartier et j’y ai travaillé (j’ai marié la fille du Boss quand même). Lorsque je me suis intéressé au conte, j’ai écrit ma première histoire derrière le comptoir du dépanneur en rassemblant des faits vécus, des personnages plus vrais que nature et un peu de colle en bâton. Ça a donné les Contes du Dépanneur, et depuis, je n’ai pas arrêté. Pas de dragon ou de princesse pour moi, mais plutôt des chips, des gratteux et du crème soda! Faut bien être de son temps.

Comment s’est déroulé ton apprentissage ?

C’est en contant qu’on devient forgeron… ou quelque chose comme ça. Après avoir suivi un atelier d’initiation, j’ai eu la chance de faire des stages avec des maîtres conteurs venus d’un peu partout. Mes contes ont aussi beaucoup profité des rencontres du Cercle des Conteurs des Cantons de l’Est; une fois par mois, nous contions les uns pour les autres et échangions ensuite nos commentaires et idées. Ce fut très formateur. En gros, pour apprendre à conter, il faut conter, écouter des contes, rencontrer des gens, et conter encore.

 Quand deviens-tu conteur ? 

Pour déterminer à quel moment on est conteur, il faut d’abord définir ce qu’est un conteur (et ce qu’il n’est pas). Comme il y a autant de définitions du conte et des conteurs qu’il y a de contes et de conteurs… c’est à peu près impossible à dire. Je pourrais dire que je suis devenu (officiellement) conteur au moment où les gens m’ont demandé de venir leur raconter mes histoires. Je pourrais aussi dire que j’ai toujours été conteur, c’est juste que je n’étais pas sur scène. On est tous conteurs, suffit de se révéler.

Comment imagines-tu ta première rencontre et la transmission de tes connaissances en la matière ?

Le conte est l’art le plus simple au monde. Il suffit d’un conte, un conteur et d’une paire d’oreilles pour l’écouter. Autour d’un café, il se raconte toujours mille histoires. La transmission de l’art du conte se passe beaucoup dans l’écoute : écouter l’autre, ce qu’il fait, ce qu’il est. Ensuite, il est possible de tracer un chemin et de donner des trucs qui conviennent à chacun. Le conte n’est pas une destination, c’est une route et chacun peut trouver la sienne. Puis, après le café, pourquoi ne pas aller dans une soirée de conte?

Quelle histoire passionnante !

Marc-André, tu nous honores en nous contant un bout de ta vie. À ton tour maintenant : 
quel apprentissage ferait donc ton bonheur ?  

Comment produire un CD audio de qualité. Le conteur en moi avait trois rêves :

  1. Écrire un spectacle solo et le présenter –check
  2. Aller conter en France, faire une tournée –check
  3. Publier mes contes dans un livre CD

Mes contes sont écrits, mais je n’ai pas encore eu la chance de produire une démo digne de ce nom. Voilà pourquoi j’aimerais bien en apprendre davantage sur la production de CD.

E-180 semble avoir trouvé la personne idéale pour t’aider à réaliser ton troisième rêve. Il s’agit de Martin Rodriguez ! Il serait sûrement ravi de partager ses connaissances en enregistrement et production d’album. N’est-ce pas ?

E-180 - Martin Rodriguez

À quand la première rencontre ? … 

 






Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *